FREELANCE : LES 5 CLÉS INCONTOURNABLES POUR (ENFIN !) VOUS LANCER.

07/17/2019

À bientôt 1 an de mon propre lancement de freelance, je souhaite aujourd’hui partager avec vous les 5 clés qui me semblent incontournables pour enfin vous lancer ! Décortiquons tout ça ensemble… ! 

1, LE RÉSEAU 

Le Saint Graal du lancement en freelance : le ré-seau. 

N’importe qui pourrait sans doute vous dire « se lancer sans réseau, c’est possible. »

C’est possible certes, mais pour moi c’est surtout plonger seul(e) dans le vide ! Qui verra votre projet si personne ne vous connaît ? Personne, on est d’accord haha ! 

Si aujourd’hui je devais faire un état des lieux de mes clients, je verrais que la plupart sont des copains, connaissances, amis de connaissances, potes ou famille de clients, qu’ils me connaissent grâce à untel etc… ! Et ça, croyez moi, non seulement c’est rassurant et confortable, mais c’est surtout signe de confiance entre vous et vos clients ! Si ces derniers font eux-mêmes ce travail du fameux « bouche à oreille » tant convoité… vous pourrez être fier(e) de vous ! 🙂 

Pour moi, il n’y a pas 3000 formules magiques. Se construire son réseau prend du temps. Surtout si le domaine dans lequel vous souhaitez vous lancer est très convoité voire bouché !

Sortez, allez voir des expositions de locaux, travaillez vos réseaux sociaux et votre communication, participez à des évènements (défilés, apéro-entrepreneurs, vernissages, after-work, portes-ouvertes etc…), n’ayez pas (plus) peur d’aller à la rencontre des gens ! Soyez vous-même, ne jouez pas de rôle, car les gens s’accrocheront d’abord à -vous- et non pas à votre travail ou votre projet. 

Alors sortez, rencontrez, partagez, et votre réseau se fera de lui-même ! 

Et enfin : croyez en vous, c’est sans doute le début de VOTRE aventure ! 

2, L’AUDACE

« La distance entre le rêve et la réalité s’appelle l’audace ».

Je n’ai jamais été un « requin ». J’ai toujours su rester moi-même sans avoir besoin ou envie d’écraser les autres. Par contre, si je veux un job : je fais tout pour l’avoir. 

Je me souviens de mon dernier entretien professionnel en tant qu’étudiante pour travailler en alternance pendant mon BTS comme chargée de com pour 2 magasins bio et l’ouverture d’un 3ème. 

Après pratiquement 1h d’entretien, le responsable -et son bras droit- me posent une dernière question (sourire en coin) avant de me laisser repartir : « Bon, et si on doit ouvrir un autre magasin, et qu’il y a des vagues. Vous venez travailler ou vous allez surfer…? » 

J’ai eu un instant d’hésitation, puis je l’ai regardé droit dans les yeux en lui disant : « Vous savez Monsieur, si j’avais voulu faire du surf ma vie, j’aurai fait prof de surf, et je ne serai pas assise en face de vous aujourd’hui. »

Gros blanc. 

Ils se sont regardés, il s’est levé et m’a serré la main : « Je vous rappelle ces jours-ci pour vous donner une réponse ». 

J’ai dû faire même pas 2km en voiture, qu’il me rappelait en me disant « Mademoiselle KEFER, vous rejoignez notre équipe. » ! 

Si je vous raconte cette anecdote, c’est simplement pour vous montrer que parfois, il faut que vous soyez sûr(e) de vous (même si de nature vous ne l’êtes pas du tout haha !!). 

Si vous voulez ce pourquoi vous vous présentez à un client, un employeur ou autre, mettez votre timidité de côté, et osez lui montrer que vous vous savez pourquoi vous êtes là. 

Ce n’est en aucun cas un excès de confiance, c’est avant tout une marque de motivation et de fiabilité. Votre employeur ou votre client doit voir qu’il peut compter sur vous, même dans ces moments où vous pouvez être intimidé(e) et déstabilisé(e) !

Alors, travaillez votre approche, respirez un bon coup, choisissez bien vos mots, et feu ! 

Comme m’a toujours dit mon beau-père : « Le – Non – tu l’as déjà. Alors bats-toi pour le – Oui – ! »

3, LE BON TIMING

Pour moi, le travail, c’est comme les rencontres amoureuses. Y’a des fois, c’est le moment, et d’autres non. 

Si j’avais suivi mon « plan d’études » que j’avais en tête à la sortie de mon BTS, j’aurai dû : continuer en Bachelor puis en Master, ensuit partir 1 an à l’étranger pour perfectionner mon anglais, revenir pour trouver un job dans une boîte pour acquérir un peu plus d’expérience et de réseau, ET ENFIN (yallaahhhhh on y arrive !!!) : me-lancer-à-mon-compte ! 

Bon, autant vous dire que c’était le plan d’études « idéal » et IDÉALISÉ haha ! En vrai, on sait tous que ça ne se passe pas toujours comme ça (et heureusement j’allais dire) ! Il y a des aléas, des imprévus, des retournements de situations, des rencontres qui entrent en jeu, et je suis convaincue qu’il faut savoir les percevoir, les écouter, puis se les approprier pour foncer ! 

Réunissez tout ce que vous pouvez : votre motivation, votre réseau, votre énergie, entourez-vous des bonnes personnes, et vous le sentirez de vous-même si oui ou non c’est le bon moment de vous lancer. 

N’ayez pas peur de l’inconnu. De toute façon, que vous franchissiez le pas ou non, la vie fera toujours sa petite part de travail ! 

Que vous soyez étudiant(e), jeune diplômé(e), jeune maman, maman aguerrie, en reconversion professionnelle etc… mettez toutes les chances de votre côté, écoutez-vous, écoutez les petits messages que la vie veut vous faire entendre, et lancez-vous ! 

4, LA CAPACITÉ DE TRAVAIL

Avant de me lancer, je me disais (comme sans doute beaucoup d’autres haha !) : « ça va être super, tu vas pouvoir surfer quand tu veux, ne pas mettre de réveil… » OUIN-OUIN-OUINNNN !! Haha 

Alors oui les 2 premiers mois je ne me mettais pas de réveil pour pouvoir dormir le matin, et bosser les aprem et très tard le soir (jusqu’à minuit voire 1 ou 2h du mat), mais depuis quelques mois, terminado !!

À 8h/8h30 je suis au sport, et je termine « officiellement » vers 20h/21h. 

Je n’ai pas surfé un seul jour pendant plus de 2 mois, et je n’ai pas eu un seul week-end pendant 5 semaines ! 

Bref, vous l’aurez compris, pour le coup là aussi j’étais très loin de mon plan idéal ET idéalisé de ma vie de freelance tranquille 😉 

Donc : si vous vous lancez, soyez conscient(e) que pendant de loooongs mois vous n’allez pas compter vos heures. Je vois très peu mes ami(e)s, je n’ai pas d’enfants, et ma famille habite à 2h de chez moi donc je ne les vois pas souvent de toute façon ! 

Soyez organisé(e), méthodique, concentré(e), déterminé(e), et allez droit au but sur chaque tâche que vous faites. 

5, LA PASSION 

J’ai hésité à le mettre en 1er point, mais pour moi c’est presque évident que lorsqu’on se lance en freelance dans un domaine, c’est forcément qu’on est passionné(e) par ce dernier ! 

Il faut que vous compreniez que, pour beaucoup, moi y compris, votre vie professionnelle va forcément prendre beaucoup de temps sur votre vie perso ! Donc, autant que vous aimiez ce que vous faites ! 

Personnellement, « je suis mon travail ». Ça va peut-être en faire sauter au plafond quelques-uns, mais : sans dire pour autant que je vis pour mon travail, je vis pleinement mon travail. Je ne crois pas avoir déjà dit un dimanche soir «je n’ai pas envie de travailler demain ». Au contraire ! J’ai hâte de m’y remettre ! 

Et quand je vois à quel point je ne compte ni mes heures, ni le temps que je passe avec mes clients, ça me confirme encore plus à quel point j’aime profondément mon travail et j’aime les rencontres que j’y fait. 

Je vois beaucoup de gens « aigris », voire à bout, dans leur vie professionnelle. Je trouve cela tellement dommage, de passer à côté de son travail, car mine de rien si on fait le calcul, c’est quand même là qu’on passe la plus grosse partie de notre temps, pendant au moins 40/45 ans de vie ! 

Donc, trouvez ce qui vous anime et vous passionne. Faites que chaque jour soit une nouvelle chance de vous épanouir, d’apprendre, d’entreprendre, de rencontrer et de partager ! 

AND… #loveyourjob ! 🙂 

 

Leave a Reply:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *